Loading...

Articles

#40 Erika Lust : Reinventing Porn

ūüáļūüáłErika Lust made her first participation in a French Podcast to talk about sex education and how she reinvented porn.

I had the honor to have her as my guest!

0-3min : Intro + anecdote

3-7m48 : Who is Erika Lust ?

8m16 : What turns you on doing the work you do ? 

12m : the three mission of Erika

14m49 : the porn conversation

18m50 : The conversation we need to have with our kids about porn

20m33 : Erika’s dog

22m30 : the lack of skills to connect

25m 55 : How Erika Works

28m50 : Money shot (ejaculation) 

32m54 : The place of older people in porn

40m17 : Why should sexologists recommend ethic porn movies to their clients?

48m13 The responsibility of the consumers 

50m30 : to change the system, we have to talk to the men

53m53 : what Erika want to say to French people ?

La phrase cl√© de l‚Äô√©pisode : 

¬ę¬†Porn is a mass media, it’s transmetting messages and if we don’t help our children understand and breakdown those messages, they will have to learn about sex from these online porn tubes.¬†¬Ľ

Pour retrouver mon invité.e :

Ressources pour aller plus loin :

Mon compte instagram : @camilleparlesexe  -/- mon site internet : www.camillebataillon.com

Transcription :

00:00:00
Vous écoutez Camille Parle Sex, votre podcast bien être sexuel inspirant.

00:00:10
Je suis Camille Bataillon, sexologue clinicienne.

00:00:13
Dans ce podcast, vous l’aurez compris, je parle de sexe, de la sexualit√© au sens large.

00:00:18
Ce podcast, c’est un peu comme dans ma vie.

00:00:21
Je fais les choses au plus simple, sans prise de tête et selon mes propres règles.

00:00:25
Je vous parle en suivant mon humeur du moment, ma motivation, mais surtout mon instinct.

00:00:29
Pour vous donner votre dose d’inspiration.

00:00:31
Avec mes invit√©s ou en solo, je souhaite vous donner la cr√®me de la cr√®me en sexologiepour r√©fl√©chir ensemble √† la sexualit√© et vous offrir le meilleur de l’√©ducation sexuelle.

00:00:42
J’esp√®re ainsi vous inspirer dans votre intimit√©, que ce soit seul, √† deux ou √† plusieurs,et faire vibrer votre sexualit√©.

00:00:49
Alors, bienvenue!

00:00:51
Oh l√† l√† l√† l√†, je suis trop excit√©e de vous proposer cet √©pisode avec une amiti√©d’exception qui est Erika Lust.

00:01:01
Erika Lust est une réalisatrice de films adultes qui réinvente le porno, la manièredont on voit, filme le porno et les messages qui sont véhiculés à travers le porno.

00:01:12
Elle d√©fend l’importance de payer pour du porno afin de garantir des conditions detravail qui soient s√Ľrs, dans le consentement, dans le respect des personnes qui y performentet aussi une r√©mun√©ration √©quitable pour les travailleurs et travailleuses du sexe.

00:01:26
Dans son travail, Erika partage des valeurs importantes et elle a trois grandes missions.

00:01:30
La premi√®re est de s’assurer que les personnes travaillent dans de bonnes conditions, qu’ellessont pay√©es le juste prix, qu’il y a du consentement, qu’il y a vraiment du respect dans ce qui est propos√©.

00:01:40
La deuxi√®me, c’est avec The Porn Conversation de donner aux familles, aux √©ducateurs et aux jeunes une √©ducation sexuelle,une bonne √©ducation sexuelle pour la jeune g√©n√©ration.

00:01:50
Et la troisi√®me mission, c’est de donner le pouvoir aux femmes aussi de profiter deleur sexualit√©, de vivre la sexualit√© qu’elles veulent, non pas n√©cessairement avec ce focussur faire plaisir √† l’autre mais aussi d√©j√† se faire plaisir √† soi.

00:02:03
Et ces valeurs-l√†, c’est des valeurs qui me semblent importantes de transmettre, commeelle l’a dit tout au cours de cet √©pisode, le porno c’est un m√©dia.

00:02:11
Donc en fait, un m√©dia transmet des valeurs, transmet des messages et c’est important deconscientiser, de prendre conscience de ce qu’on regarde, de ce qu’on consomme.

00:02:19
Vous voyez dans cet épisode, on va beaucoup parler aussi de connexion, de pleine conscience,de moins on parle de choses, plus ça peut être dangereux et surtout en termes de sexualité.

00:02:28
Plus on parle d’√©ducation sexuelle, plus il peut y avoir des comportements √† risque.

00:02:32
Elle va nous donner sa vision de ce qu’elle souhaite pour le porno, de ce qu’elle souhaitepour ses acteurs et actrices qui travaillent pour elle et ce qu’elle souhaite pour lajeune g√©n√©ration.

00:02:40
Comment les prot√©ger face au porno? Parce que non, la question n’est pas est-ce qu’ilsvont regarder du porno? C’est ils vont regarder du porno, comment on les prot√®ge vis-√†-visde leur consommation du porno.

00:02:51
Et donc c’est tout l’enjeu de son travail avec The Porn Conversation mais aussi sesfilms Erika Lust.

00:02:57
Et pour la petite anecdote avant de commencer cet √©pisode, je suis all√©e en 2017 √† Barceloneet c’√©tait quand j’√©tais √©tudiante en sexo et je r√©alisais un travail justementsur les films dits √©thiques.

00:03:08
Et donc mon focus √©tait sur Erika Lust et son √©quipe a eu la gentillesse de m’ouvrirles portes.

00:03:14
C’√©tait √† l’√©poque ses anciens bureaux et j’ai pu voir un petit peu comment ilstravaillaient, ils ont pu r√©pondre √† mes questions.

00:03:21
Bon bien s√Ľr √† ce moment l√† Erika Lust n’√©tait pas disponible et cinq ans apr√®s,en 2023, elle me fait l’honneur de participer pour la premi√®re fois sur un podcast fran√ßaiset c’est mon podcast et Camille parle sexe, elle nous fait l’honneur, la primeur qu’onpuisse l’√©couter ici, elle a des messages importants √† vous transmettre.

00:03:39
Alors je vous souhaite une très belle écoute avec Erika Lust.

00:03:42
Je suis vraiment enthousiaste d’accueillir Erika Lust sur le show.

00:03:48
Erika, Lila de votre √©quipe m’a dit que c’√©tait votre premi√®re participation dans un podcastfran√ßais.

00:03:53
Merci, quel honneur, merci pour votre confiance.

00:03:56
Donc je veux dire bienvenue Erika sur le podcast Camille parle sexe.

00:04:00
Merci bien.

00:04:01
Oh, ça me fait rire.

00:04:04
Un petit peu.

00:04:08
Alors commençons avec les vraies questions.

00:04:10
Qui est Erika Lust?

00:04:13
Bon, ça a été une question inattendue.

00:04:17
Qui suis-je?

00:04:18
Bien, vous savez, il y a une longue histoire et il y a probablement une version courte dela question, mais je suis n√©e en Su√®de, j’ai √©tudi√© la science politique, j’aiemmen√© en Barcelone quand j’√©tais dans mes 20 ans et j’ai eu un dur moment de trouverun travail en science politique.

00:04:41
Et j’ai toujours aim√© le cin√©ma, qui √©tait une de mes grandes passions.

00:04:47
Et j’ai eu des amis qui travaillaient en production cin√©matique, en g√©n√©ral dans l’advertissementet dans la t√©l√©vision, etc.

00:04:56
Et ils m’ont dit, tu sais, pourquoi ne pas venir et qu’on puisse t’envoyer un travail facileet que tu peux commencer comme un joueur, comme un chauffeur, etc.

00:05:07
Et c’est comme √ßa qu’il s’est pass√©.

00:05:10
Donc j’ai commenc√© √† travailler dans la production audiovisuelle.

00:05:14
Et j’ai aim√© l’ambiance, j’ai r√©alis√© que j’ai vraiment aim√© travailler avec le film.

00:05:21
J’ai sign√© ma vie en √©cole de film, j’ai commenc√© √† apprendre un peu plus sur les chosespratiques, travailler avec les cam√©ras et ensuite plus sur la √©criture de script, plussur le travail avec les acteurs, les acteurs, le directeur.

00:05:36
Et ensuite j’ai eu l’opportunit√© de faire un film court.

00:05:40
Et c’√©tait vraiment le moment o√Ļ j’ai sorti de la question de l’id√©e que j’avais√† l’universit√© en √©tudiant la science politique, o√Ļ on a parl√© beaucoup de structuresgendarmes, de la sexualit√©, du f√©minisme, de comment on peut changer les attitudesdans la soci√©t√©.

00:06:03
Et comme tout jeune adulte, j’ai √©videmment √©t√© en contact avec la pornographie.

00:06:08
Je pense que la plupart de nous l’ont.

00:06:11
D√©finitivement aujourd’hui, quand on sait que l’Internet est sur chaque √©cran,dans nos poches, sur nos tables, dans nos h√ītes et partout autour de nous.

00:06:23
Et la pornographie a vraiment devenu la mass media.

00:06:26
C’est l√†-bas, c’est disponible, etc.

00:06:28
Quand j’ai grandi, ce n’√©tait pas si disponible.

00:06:31
J’ai d√Ľ chercher pour le trouver.

00:06:35
Mais je pense que ce que j’ai senti quand j’ai commenc√© √† regarder la pornographie,c’√©tait que quelque chose n’√©tait pas vraiment fonctionnant pour moi.

00:06:43
J’avais l’impression que j’aimais l’id√©e de regarder des images excitanteset que ces images allaient me mettre en mode.

00:06:55
Et j’ai voulu me sentir inspir√©e par ces images.

00:06:59
C’√©tait vraiment ce que j’√©tais en train de chercher, en train d’y aller.

00:07:04
Mais quand j’ai regard√© la pornographie, j’ai toujours eu l’impressionque √ßa ne m’a pas vraiment fait √ßa pour moi.

00:07:10
√áa ne m’a pas fait √ßa.

00:07:13
J’√©tais trop √©tonn√©e et trop inqui√®te de ce qui se passait.

00:07:18
Je n’aimais pas vraiment la fa√ßon dont elle a √©t√© pr√©sent√©e.

00:07:21
Je n’aimais pas vraiment l’aesth√©tique de ce qui se passait.

00:07:23
Je n’aimais pas les personnages.

00:07:26
Je ne les trouvais pas assez intrigués.

00:07:30
Je ne les ai pas vus.

00:07:32
Je n’ai pas… Je me sentais que la plupart des femmes√©taient r√©duites √† un objet parfois magnifique,parfois plus comme un outil pour la sexualit√© des hommes.

00:07:46
Mais ce n’√©tait pas nous. Ce n’√©tait pas nos histoires.

00:07:49
Et je pense que √ßa m’a vraiment fait sentir √©tonn√©e.

00:07:55
Et quand j’ai commenc√© √† parler √† d’autres amis autour de moi,j’ai r√©alis√© que la plupart de mes amis hommes aiment le porno.

00:08:04
Ils ont utilisé le porno. Ils avaient eu un bon moment avec le porno.

00:08:08
Mais la plupart de mes amis femmes ont eu un sentiment tr√®s similaireque j’avais.

00:08:14
Et je pense que √™tre √©tudiante de la science politiquedans des structures de genre sexe et de genre,m’a fait voir la structure de la pornographie.

00:08:27
Et je ne sais pas si c’√©tait une r√©ponse √† qui √©tait Erika Last,mais c’√©tait au moins le d√©but de comment j’ai devenu Erika Last.

00:08:38
Parce que, √©videmment, d√®s le d√©but, je n’√©tais qu’Erika.

00:08:41
Oui, et comment tu as transformé tes passions,comme la film et le cinéma, en travail, mais aussi en mission.

00:08:49
Et nous allons revenir à vos missions.

00:08:50
Parce que vous faites √ßa, c’est une grande industrie,mais vous faites √ßa pour un objectif.

00:08:56
Et je pense qu’il faut en parler.

00:08:58
Mais d’abord, je vois comment tu es passionn√©e.

00:09:01
Tu es au courant de ton travail.

00:09:03
Et donc, qu’est-ce qui te fait faire le travail que tu fais?

00:09:06
Qu’est-ce qui me fait faire?

00:09:07
Je pense que ce qui me fait faire c’est de faire des gens autrement.

00:09:12
Je suis une personne pliée.

00:09:14
Je veux qu’ils soient heureux.

00:09:17
Je veux qu’ils se sentent satisfaits.

00:09:19
J’adore, je veux vraiment,une des choses pr√©f√©r√©es dans le monde est,je veux dire, j’en ai deux.

00:09:26
Une de ces personnes est en sc√®ne,parce que j’adore vraiment le processus de la film.

00:09:32
Mais l’autre est en th√©√Ętre de film,en regardant l’audience, en regardant les films,et ensuite en faisant des Q&A avec eux,en √©coutant leurs questions, en r√©pondant,en commen√ßant ce d√©bat sur les possibilit√©s de la pornographie.

00:09:52
Parce que je pense que pour moi,je pense que la pornographie peut √™tre tellement plusque ce qu’elle est en ce moment sur Internet.

00:10:03
Je pense que beaucoup de gens ont r√©duitla possibilit√© de la pornographie dans leurs pens√©es,parce qu’ils pensent que la pornographie est de fa√ßon certaineet que ce genre de film est pas √©rotique,mais juste pour le moment,pour la satisfaction et pour la r√©conciliation,dans un monde plein d’anxi√©t√©.

00:10:36
Mais je pense que la pornographie peut vraiment…

00:10:41
On ne peut pas s’en sortir de la pornographie,c’est un m√©dia, il est plein de messages,il nous dit des choses sur le monde o√Ļ nous vivons,il nous dit des choses sur l’humanit√©,sur l’interaction,et sur l’interaction, si on parle de la pornographie heterosexuale,sur les interactions entre les hommes et les femmes.

00:11:09
Donc, c’est des explications sur comment on est suppos√©actuer sexuellement, etc.

00:11:18
Et je me fiche parfois frustr√©equand je vois le type de la cha√ģne d’internet,le porn qui est l√†-bas,et je sens que c’est tellement plein de messages d√©goutants,c’est tellement plein de sexualisation des jeunes,ou de la f√©tichisation de la race,ou de comment ils nous divisent en parties de corps,et tout d’un coup, c’est tout sur ce qu’on ressemble,mais pas vraiment sur qui nous sommes.

00:11:56
Et évidemment, la violence systémique contre les femmes,ça me fait mal.

00:12:01
Je me sens tr√®s forte sur √ßa,et je suis tr√®s triste que √ßa transmettellement de messages d√©goutantssur comment s’agir de la m√™me fa√ßon.

00:12:21
Et je peux me sentir comme tu le disais,comme √ßa te fait mal, et je peux me sentir comme,¬ę OK, la porn, on sait que tout le monde a presque vu la porn,et nos enfants vont regarder la porn, etc. ¬ĽMais en m√™me temps, j’aime la porn,et comme je l’ai dit, j’ai ce potentiel.

00:12:38
Je ne suis pas une des personnes qui est un hater de la porn,et qui veut la censurer, la casser,et qui dit que c’est seulement mal,et que c’est seulement mauvais.

00:12:52
C’est pourquoi tu voulais r√©inventer la porn,tu voulais envoyer des messages diff√©rents,et de ce que je vois de toi,c’est que la porn est en train de se faire,la manque d’interaction, de l’interaction humaine,et de la connexion,et c’est une r√©flexion de notre soci√©t√©,les gens sont dans la connexion,la connexion humaine, le touch humain.

00:13:13
Et je me sens comme dans tes films,ce que tu essayes de faire,de faire une histoire qui montre aussicomment les interactions commencent,tu te montres de loin,pour avoir une vision plus grande de qui ils sont,et comment ils interagissent ensemble.

00:13:28
Et je disais que pour tes missions,comme ce que je vois,tu as deux missions,d’abord, assurer la condition de travail en s√©curit√©et de faire partie des travailleurs sexuelsavec ton compagnie,et aussi de donner aux familles et aux √©ducateursdes outils pour une meilleure √©ducation sexuellepour la g√©n√©ration jeune, comme tu disais.

00:13:46
Donc, ce sont deux grandes missionset très essentielles.

00:13:50
Et il y a une troisi√®me mission,aussi, √©videmment,qui est de donner de la sexualit√© aux femmes et aux autresqui n’ont pas senti qu’on √©tait au centre,qu’on avait le droit de profiter de la sexualit√©, etc.

00:14:10
Oui, c’est exactement ce que tu fais,de donner aussi la puissance aux femmesen termes de vraiment laisser la sexualit√©de la fa√ßon dont elles veulent,de ne pas se sentir en col√®re,de ne pas se sentir en col√®re de regarder des bons porn,et d’en profiter de √ßa.

00:14:25
Et donc, pourquoi est-ce important pour toi?

00:14:27
Tu l’as d√©j√† dit un peu,mais vraiment, pourquoi ces missions,ces trois missions sont tr√®s importantes pour toi?

00:14:34
Pour des raisons √©videntes,non, je crois que, quand il vient √† la partie √©ducationnelle,c’est tr√®s important parce que je suis une m√®re,j’ai deux enfants, un 15-year-old et un 12-year-old.

00:14:47
Je les vois grandir dans ce monde.

00:14:49
Je vois comment ils sont impactés par les médias sociaux,par les médias en général.

00:14:55
Et, √©videmment, comme je l’ai dit avant,le porn a devenu √©norme,il est sur les plateformes,nous avons donn√© la technologie aux enfants,ils ont acc√®s √† √ßa,tellement de parents savent comment mettre en contr√īle des parentssur tous ces dispositifs.

00:15:13
Et m√™me si vous savez,m√™me si vous √™tes un technologue tr√®s…

00:15:17
vous savez tout sur le tech, vous êtes une personne de tech sauvage, etc.

00:15:21
C’est tr√®s difficile de le faire, c’est la r√©alit√©.

00:15:24
Et m√™me si vous le faites,qu’est-ce qui se passe quand vos enfants vont √† leur maison de amis?

00:15:28
Peut-être que leurs parents ne savent pas comment le faire.

00:15:30
Donc, ce n’est pas vraiment une fa√ßon de r√©soudre le probl√®me.

00:15:34
Et d’√©viter la conversation,parce que vous pouvez mettre tout,vous savez, un signe de s√©curit√© et de technologie,mais vous n’√™tes pas encore en train de le parler,d’√©duquer sur le sujet.

00:15:42
Exactement.

00:15:43
Donc, je vois le monde comme il est,donc ok, maintenant le porno est là-bas.

00:15:49
Certaines personnes, certaines entreprises,ont d√©cid√© de le mettre √† tout le monde,pour la suite,sans aucun genre de barri√®re de paiement,ou un signe d’√©ducation, ou quoi que ce soit.

00:16:02
C’est juste ouvert pour tout le monde.

00:16:04
Et évidemment, nos enfants ont ce accès.

00:16:09
Donc, moi, comme parent,je n’ai pas de choix de la fa√ßon dont je le vois.

00:16:13
Le seul choix que j’ai, c’est de parler avec eux,de parler avec euxsur l’impact de la pornographie,comment je le vois,ce que j’aime et ce que je n’aime pas.

00:16:25
Une conversation très honnête.

00:16:28
Je pense que les parents ont ces conversationssur d’autres sujets.

00:16:32
Je veux dire, quand on parle d’alcool, par exemple,les parents, ils ont parl√© aux enfants sur l’alcool,ils ont parl√© de la boisson,des drogues et du mal √† la nourriture,parce que √ßa existe aussi dans ce monde, etc.

00:16:48
Et il y a beaucoup de sujets, comme parents,o√Ļ vous pr√©parez vos enfants pour le monde.

00:16:53
Mais en une fa√ßon scolaire,c’est plut√īt, ne fais pas √ßa, c’est mauvais,la pornographie est mauvaise, la boisson aussi,mais pas vraiment en parlantd’en savoir exactement ce qu’il y a derri√®re la sc√®ne.

00:17:07
Mais peut-√™tre que la France est un des pays,par exemple, quand on parle d’alcool,qui a une politique plus douce sur l’alcool,o√Ļ ce n’est pas seulement la image scolairede ne pas boire parce que tu vas finir en h√īpital,mais que les parents sont plus enseignantsaux enfants √† boire,et que √ßa peut te donner un peu de plaisirsi c’est une glace de vin, etc.

00:17:31
en petites combinaisons.

00:17:34
Donc, ça pourrait être un exemplede faire ça différemment.

00:17:39
Mais pour moi, ici, quand il s’agit de ce genre de¬ę sex talk ¬Ľ ou de la conversation de la pornographie,que j’aime appeler,parce que je le dis,et c’est m√™me un projet que nous avons en ligne,nous avons ce site o√Ļ les parents et les √©ducateurspeuvent aller chercher des informationssur comment parler de la pornographieavec les enfants et les enfants.

00:18:01
Et les éducateurs peuvent aussi y accéder.

00:18:05
Et ce n’est pas seulement la conversation,il y a aussi des guides √† l’√©ducation sexuelle.

00:18:11
Parce que ce que j’ai trouv√©en commen√ßant √† parler √† beaucoup de parents,c’√©tait qu’ils n’avaient pas d’√©ducation sexuelle.

00:18:17
Parce qu’ils ne l’avaient pasquand ils sont all√©s √† l’√©cole.

00:18:20
Et maintenant, c’est leur turn de parler √† leurs enfants,et leurs enfants ne l’ont toujours pasdans leurs √©coles.

00:18:25
Donc, quelqu’un doit allery entrer et le faire.

00:18:29
Et c’est aussi vrai quebeaucoup de l’√©ducation sexuelleque nous avons re√ßue√©tait, comme vous l’avez dit,n√©gative d’une mani√®re,parce que √ßa nous a tromp√©de la peur du sexe,de la danger, de ce qui pourrait se passer,et de ne pas √™tre enceinte,de ne pas avoir une STI,et de prendre soin de nous.

00:18:56
Mais tant de parents et d’√©colesont en fait parl√© √† leurs enfantsde la part de plaisir,qui est la partie principale de l’√©ducation sexuelle.

00:19:06
C’est pourquoi nous le faisons.

00:19:08
Les gens en aiment et le font, etc.

00:19:12
Donc, je crois quepour revenir √† votre question,je crois quec’est in√©vitableque nous n’ayons pas vraimentd’options ici.

00:19:29
Nous devons avoir ces discussions.

00:19:32
Nous devons réaliserque la pauvreté est là-bas,que ça a devenu partie de notre culture,de notre société.

00:19:40
C’est la mass media,c’est transmettre des messages.

00:19:43
Et si nous ne nous aidons pasà comprendre et à débrouiller ces messages,ils seront restés à apprendreà parler de sexede ces tubes de pauvreté en ligne.

00:19:59
Et puis, qu’est-ce que les enfants font?

00:20:01
Bien, ils veulent…

00:20:02
Je veux dire,surtout quand vous √™tes un jeune homme,vous voulez √™tre vu comme quelqu’unqui conna√ģt, qui est cool,et qui est conscient du jeu.

00:20:16
Donc, ils prennent ces messageset les produisent en leur propre vie.

00:20:20
Et ils reproduisent ce qu’ils ont apprisde ces tubes de pauvret√© en ligne.

00:20:25
Et ils essayent de faire le sexede la même manière que les pauvretésdans ces films, qui ont sexe.

00:20:33
Et, malheureusement,pour beaucoup d’entre eux,√ßa ne fonctionne pas vraiment.

00:20:39
Parce que ces pauvretéssont des travailleurs professionnels.

00:20:45
Ils connaissent comment poser la caméra,ils connaissent comment performer.

00:20:50
Certains d’entre eux prennent m√™me des m√©dicamentspour que √ßa durerait plus longtemps, etc.

00:20:56
Et les enfants ne comprennent pas ça parfois.

00:21:01
Oh, maintenant, j’ai un petit doigt qui vient.

00:21:04
Bonjour, doigt.

00:21:06
Je vais lui prendre.

00:21:07
Oui.

00:21:09
Non, elle parle beaucoup.

00:21:13
Ah, désolé.

00:21:15
Ici, c’est seulement Erika qui parle,pas le doigt.

00:21:18
Pas les doigts.

00:21:19
Pas les doigts dans le podcast.

00:21:21
Mais vous disiez que pour les jeunes hommes,ou les hommes en g√©n√©ral,les gens qui regardent le pornpeuvent donner beaucoup d’anxi√©t√©et de pression pour performer.

00:21:29
Et nous le voyons comme un sexologiste.

00:21:31
Nous avons ce genre de hommesqui viennent dans leur officeet disent qu’ils ne peuvent pas avoir d’√©rection,ils ne peuvent pas durer trop longtemps,ils ont beaucoup de stress,ils doivent performer.

00:21:41
Je suis jeune et j’ai une dysfunction √©rectile.

00:21:43
Qu’est-ce qui se passe?

00:21:44
J’ai pris des m√©dicaments,√ßa ne fonctionne pas.

00:21:46
Ils sont suppos√©s √™tre des machines sexuellesqui sont penetr√©es,qui vont de l’avant en l’avant.

00:21:52
Ils consomment aussi le porn.

00:21:54
Beaucoup de gens le font dans un moyen non-sensueux.

00:21:57
Je pense que parfois ils ne le font pas vraimentparce qu’ils veulent la stimulation sexuelle,mais ils le font parce qu’ils veulentcalmer leur anxi√©t√©,de la m√™me mani√®re que beaucoup de gensouvrent des sacs de pommes de pommeset qu’ils les mangent,ou qu’ils ordernt du fast-foodet qu’ils en mangent,et qu’ils se sentent mal √† cause de √ßa,ce n’est pas la fa√ßon de le faire de fa√ßon mentale.

00:22:22
Et avec le porn, je le vois tout le temps,ils ouvrent,ils vont √† ces sites gratuitsparce qu’ils n’ont pas vraiment pens√©sur ce que ces sites repr√©sentent.

00:22:31
Et puis ils ouvrent,fen√™tre apr√®s fen√™tre,et c’est juste comme impact, impact, impact,je veux voir plus, plus, plus, plus,plus dur, plus dur, plus fort,plus de choses folles.

00:22:42
Et ce n’est pas, ce n’est pas un peu…

00:22:46
C’est un peu…

00:22:48
Et je pense, vous savez,que nous parlons de connexionet de la manque de connexion.

00:22:52
Et je pense aussi la fa√ßon dont nous enseignons aux hommescomment se connecter √† un partenaireet peut-√™tre ici un partenaire f√©minin,mais tout le partenaire,c’est par rapport au sexe.

00:23:01
Le seul moyen de se connecter avec un partenairec’est par rapport au sexe.

00:23:04
C’est la fa√ßon dont nous les enseignons.

00:23:06
Et donc, quand il n’y a pas de sexe,ils sont perdus,ils ne savent pas comment se connecter.

00:23:10
Oui, c’est int√©ressant,mais je veux dire,ici,ce que nous n’avons pas dans notre soci√©t√© en g√©n√©ral,je pense,c’est les comp√©tences pour communiquerquand il s’agit du sexe.

00:23:21
C’est d’√™tre capable d’exprimercomment nous ressentons et ce que nous voulonset d’√©couter un partenairequand ils font la m√™me chose.

00:23:32
Nous devons devenir mieuxà poser des questionset nous devons devenir mieuxà savoir les uns les autreset à arrêter de performer le sexe.

00:23:42
C’est comme si nous sommes dans un film de pornet que nous faisons une sorte de performancemais en fait,nous faisons √ßa pour notre propre plaisir,pour comment nous ressentons,ce que nous aimons,ce qui se sent bien,ce qui peut √™tre diff√©rent pour les diff√©rents genset peut √™tre diff√©rentdans les diff√©rents points de notre vie.

00:24:04
Parce que le sexe, en fin de compte,est très fluide.

00:24:10
Et c’est une exp√©rienceplut√īt que une performance.

00:24:14
Et je pense aussi…

00:24:15
Mais ici, encore une fois, nous vivons dans une sociétéqui est tellement vidéoet socialiste.

00:24:23
Et nous, tout le temps,nous avons appris les derniers 10 anscomment promouvoir les uns les autres.

00:24:30
Donc, ressentir parfoisque, au lieu de vivre l’exp√©rience,d’avoir l’exp√©rience,nous sommes l√† parce que nous faisons la performance,parce que nous promouvrons comment bien nous sommes,comment nous pouvons, vous savez,satisfaire notre partenaireou comment nous pouvons, vous savez,√™tre le meilleur ameur.

00:24:52
Parce que c’est mon valeur.

00:24:53
Si je suis bonne au sexe, vous savez,c’est tout mon valeur.

00:24:57
Et c’est super int√©ressant.

00:24:58
Et dans votre mission,comme on le comprend,ce sont des confessions √©ricales,c’est une conversation de porn.

00:25:05
Et donc, nous en parlionsde s’assurer de la condition de travail,ou de montrer…

00:25:11
Vous n’avez pas n√©cessairement parl√© de √ßa,mais de la gaze m√™l√©e dans le film.

00:25:15
Et ici, dans vos films,je sens que vous essayez d’avoir une approche diff√©rente,une gaze m√™l√©e,de faire en sorte que les travailleurs aient des consents,une bonne salaire.

00:25:25
Pouvez-vous nous dire un peu pluspourquoi l’exp√©rience √©ricale est diff√©rente de la porn en mainstream?

00:25:29
Je pense que c’est la seule fa√ßon de le faire, vraiment.

00:25:33
Je veux que tous les travailleursaient une exp√©rience s√Ľre et positive,et pour que cela soit assur√©,je dois trouver les conditions de travail les mieux possibles.

00:25:52
Donc, la seule fa√ßon de travailler avec des performateursqui vont performer de sexe explicit√© devant la cam√©ra,c’est de faire en sorte qu’ils se sentent bien.

00:26:04
C’est de faire en sorte que je sois sure que je sais qui ils sont,ce qu’ils ont besoin, ce qu’ils veulent, ce qu’ils ne veulent pas, etc.

00:26:13
Et comment peux-je faire ça?

00:26:15
Bien, dans les conversations, c’est la tool,la tool obvious que nous avons pour conna√ģtre l’autre.

00:26:22
Donc, la fa√ßon dont nous travaillons,c’est que nous commen√ßons,en fait, en en faisant un film,avec des gens.

00:26:33
Quand j’ai une id√©e pour un film,et que j’ai une synopsis, un script,ou quelque chose √† dire,ou un bordel de mode, ou quelque chose que je peux montrer,je contacte les performateursdont je suis int√©ress√©e,et je leur demande comment ils se sentent,si c’est quelque chose qu’ils veulent faire,et avec qui ils veulent faire √ßa.

00:26:56
Et je peux les donner leurs partenaires préférés,leurs partenaires de scène préférés, leurs co-workers préférés.

00:27:03
Et je peux assurer que je travaille avec des gensqui ont de bons contacts,de respect, qui aiment travailler avec l’un avec l’autre, etc.

00:27:12
Mais bien s√Ľr, parfois,je propose aux gens de travailler avec l’autre,qui n’ont jamais travaill√© avec l’autre avant.

00:27:19
Mais √©videmment, je les demande,et je les ai rencontr√©s,moi, ensemble avec les performateurset le coordinateur de l’intimit√© pour la photo,o√Ļ on parle du film,je pr√©sente mes id√©es,ils se pr√©sentent eux-m√™mes,ils parlent un peu de leur exp√©rience,et on s’assure de faire en sorte que nous √©tablissonscette connexion entre nous tous,pour que nous puissions travaillerdans un ambiance saine,o√Ļ tout le monde sait qui les autres sont,et comment ils se sentent.

00:27:52
Et puis, quand nous nous √©voquonsvers la date de la photo,nous continuons de faire ces v√©rifications,et ils savent que, √† tout moment,s’ils ont de lainfection de Candida,ou des choses de la m√™me nature,nous devons donc voircomment nous pouvons changer la histoire.

00:28:30
Est-ce possible, ou non?

00:28:32
Si nous regardons la situationo√Ļ quelqu’un a une STI,bien s√Ľr, ils ne peuvent pas tirerdans ce cas,parce que nous testons tous les performateurs,√©videmment.

00:28:44
Et puis, nous devons ensuitechercher un substitut,mais nous le faisons aussiavec les performateurs,nous demandons qui nous voudrions travailler,puis nous demandons si nous pouvionstrouver un partenaire correct, etc.

00:28:58
Ou, si c’est possible,nous pouvons changer la fa√ßondont nous allons montrer ce sexe,parce que nous devons en souvenirque pas tout le sexe estp√©n√©tratif, vaginal,il y a plein de fa√ßonsde se faire avoir sexe.

00:29:14
Et √† travers tout ce processus,ce sont des √©tapes de mindfulness,de communication,nous sommes en retour √† la base,mais c’est tr√®s important.

00:29:24
Dans vos films, vous essayez de dérangerla façon dont nous pensonssur le porn, ou que nous filmons un porn.

00:29:30
Et nous savons que dans le porn,le porn est comme un tir de monnaie,quand, pour faire un film de porn,nous avons besoin d’√©jaculation.

00:29:38
Est-ce quelque choseque vous faites dans vos films?

00:29:42
Ou quelles sont les différences?

00:29:44
Pour moi,cela dépend totalementde la situation.

00:29:50
Oui, c’est vrai que l’audienceaime voir une √©jaculation,parce que pour eux,c’est quelque part le sentimentque √ßa a pass√©,que c’√©tait l√†.

00:30:02
Quand il s’agit de orgasmes femmes,pour moi,c’est important de les montrer aussi.

00:30:08
J’essaye toujours deencourager mes peurspour avoir le meilleur moment possible.

00:30:14
Mais je dis toujours que si ça ne se passe pas,ne vous inquiétez pas.

00:30:18
Parce que c’est la vie r√©elle.

00:30:20
Parfois ça se passe,parfois ça ne se passe pas.

00:30:24
√áa d√©pend de o√Ļ vous √™tes et de comment vous vous sentez.

00:30:26
Il n’y a pas de pression,pas sur les hommes et les femmes,de se mettre √† c√īt√©.

00:30:32
Mais il y a évidemment un sentimentque ce serait merveilleux si nous pouvions y arriver.

00:30:36
Mais aussi quandil s’agit de sc√®nesavec des peurs,et √ßa d√©pend detous les films particuliers.

00:30:46
Parce qu’ils montrent diff√©rentes choses.

00:30:48
Donc parfois,c’est un peu de l’int√©rieurqui est montr√©.

00:30:54
Parce que c’est important pour la histoire.

00:30:56
Ou c’est ce qui se sentbien avec ces peurs.

00:31:00
Ou peut-√™tre qu’elles sont des couples.

00:31:02
Et quelque chose.

00:31:04
Donc, toutdépend beaucoup.

00:31:08
C’est difficile de mettredes r√®gles l√†-bas.

00:31:12
C’est pareil quand on parle de l’utilisation de la peau.

00:31:14
Parfois on utilise la peau,parfois on ne l’utilise pas.

00:31:18
C’est normal de laisser les performateursd√©cider comment…

00:31:22
Exactement.

00:31:24
Et évidemment, après avoir vu,ils se voient toujoursles résultats des testset tout est très organisé.

00:31:32
Et je dois direque beaucoup de gensont des prejudicessur les performateurs de la peau,sur les stars de la peau,ou sur les gens qui sont promiscuels,des gens de pauvres circonstances,sans aucune autre possibilitédans la vie.

00:31:50
Et √ßa, c’est loin de mon exp√©rience.

00:31:52
Les gens que j’ai rencontr√©sdurant mes ann√©esdans cette industrie,la plupart d’eux ont √©t√© absolumentfabuleux.

00:32:02
Ils s’occupe vraiment de leur sant√©.

00:32:04
De leur…

00:32:06
De ce qu’ils mangent,de comment ils traitent les autres,de ces conversations.

00:32:12
Ils sont testés régulièrement.

00:32:14
Tant plus de foisque tout le mondeque vous pouvez rencontrerdans une bar,pendant des temps,que les gens ne demandent pasde leur sexe,de leur background,de leur situation de santé.

00:32:32
Et vous savez,les gens qui planent pour leur futur,et la plupart d’euxsont tr√®s organis√©spar leurs carri√®res,et ils sauvent leur argent, et ils investissent,et ils savent que ces carri√®resvont probablement finir √† un moment.

00:32:48
Parce que c’est une industrieo√Ļ vous avezun temps plus facile √† travaillersi vous √™tes jeune.

00:32:56
Parce que l’industrieen entierdemande pour,pour les jeunesde participer, surtout.

00:33:06
Pour moi, par exemple, qui cherchedes performateursde plus en plus de √Ęge,je cherche beaucoup√† trouver, vous savez,√† trouver des gens adultesqui sont, vous savez,encore dans cette industrie,qui sont actifs, etc.

00:33:24
Donc parfois, j’ai travaill√©avec des performateurs professionnels,parfois j’ai travaill√© plus avecdes gens qui sont,vous savez, des artistes √©rotiques,ils peuvent √™tre dans la sc√®ne,mais ils ne sont pas,leur main-jobne peut pas √™tre, vous savez.

00:33:42
Et oui, parce que j’√©taiscomme si il y avait une personne,ou au moins une personne qui pouvait r√©inventerla porn, et montrer la diversit√©des corps, et √™trecomme, pas sur les jeunesqui ont une vie sexuelle, parce que comme vous le disiez,la porn est la repr√©sentation de notre soci√©t√©,et si on ne voit que les jeunesqui ont un sexe, on pense juste comme, oh, quand vous √™tes jeune,vous avez un sexe, quand vous √™tes plus vieux, vous n’avez pas un sexe.

00:34:04
Et je pense, montrer aussicomme les plus vieux, les porn-acteurs,ont un sexe, et en une autre, vous savez,une autre fa√ßon, et aussi montrer, je ne sais pas si vous faitesaussi ce genre de choses, mais √ßa pourrait peut-√™treaider les gens contre laanxi√©t√©, mais montrer que parfois,le sexe est merveilleux, le sexe,parfois, ok, ce n’est pas toutsur l’√©rection, et si on perd l’√©rection,c’est bien, on peut faire d’autres choses, vous savez.

00:34:25
Et parfois, un performateurne se rel√®ve pas parce qu’il doit aller au b√Ętiment.

00:34:29
Oui, oui.

00:34:31
Il y a des r√©alit√©s qui se produisent,et parfois, il y a des sons bizarres,et parfois, vous savez, un lit s’envole,et parfois, on rigole,et il y a des pauses, oui,on essaie de les incorporer, √ßa d√©pend ausside la film, de la sc√®ne, de la situation,bien s√Ľr, maisce que je tente de faire, je tentede montrer, parfois,on parle de la diff√©rence entre le r√©alismeet le relatable, parce quecertaines personnes disent que j’ai toujoursmontr√© le sexe r√©aliste, et puis j’essaye de direnon, mais c’est relatable, je pense,c’est une meilleure phrase, parce queje montre aussi des choses qui sontfantaisie-based, etc.

00:35:07
Mais ce qui est tr√®s important pourmoi, c’est que le sexedevrait se sentir r√©el,il devrait se sentir comme quelque choseque les gens r√©elsferont, comment ils se connectentavec l’autre, etc.

00:35:21
Je ne veux pas que ce soitde se sentir posé,je veux que les genspuissent se sentir sansla caméra, la caméraest juste làpour capturer ce quise passe, mais pour moije dis aux performateursde essayer dese dé-pornifier,avant de faire une scène,pour se faire enleverles postures, les images,la séparation. Mais tu vois ici, tu disaux performateurs, peut-être que ce serait undifférent vocabulaire, tu sais, pour lesappeler.

00:35:57
Oui, mais ils sont, mais je veux dire,m√™me s’ils sont perform√©sde mani√®re naturelle, ils sont√©videmment des performateurs,parce que ce n’est pas,tu sais, ce n’est pasun sexe amateurdans ton lit,tu es devant les gens qui travaillentavec moi, je les pr√©pare toujourspour ce qu’ils vont attendre quand ilsvont √† la cam√©ra, parce que nous travaillonsavec une grande √©quipe de films, nous sommes30 personnes, parfois 40personnes derri√®re la cam√©ra, c’est unegrosse sc√®ne, c’est unes√©rieuse cam√©ra, nous travaillons avecAlexis, tu sais, il y a une √©quipe de films,une √©quipe de lits,il y a tout le processuset √ßa peut √™tre tr√®sscolaire pour certaines personnesqui ne sont pas habitu√©es √† √™tredevant toutes ces personnes.

00:36:45
Donc, je tiens toujours √†faire en sorte que les gens puissentse sentir comme une exp√©rience intimepossible, parfoison fait dessortes blancheset que la √©quipequi doit √™tre devant lesperformateurs est l√†,mais quand tu comptes les personnesqui doivent √™tre l√†,tu as un op√©rateur de cam√©ra,un poil de focus,des gens sur le son,des gens en mode,des gens qui sont en train de courirde l’int√©rieur et de l’int√©rieur,parce qu’ils doivent faire quelque chose,parce que l’art peut avoirde la fa√ßon de faire quelque chose,ou quelque chose est en train de tomber,ou on voit un background que nous ne devons pasvoir, ou quelque chose, tu sais,donc, c’est la r√©alit√©d’une photo, tu sais.

00:37:35
Et je me demandais,quelle est la challenge, parce que lespersonnes qui travaillent pour vous,comme les acteurs, les performateurs,qu’est-ce qui est la challenge,si tu sais, quand elles travaillent pour vous,est-ce qu’elles ont des challenges,parce que √ßa peut √™tre une exp√©rience tr√®s diff√©rente aussi.

00:37:51
Oui, mais je ne sais pas sielles le voient tellement comme une challenge,je pense qu’elles le voient pluscomme une r√©compense,ou comme une bonne exp√©rience,parce qu’elles adorent,normalement, elles me disentcombien ils aimentse sentir, tu sais,dans la whole ambiance de √™tre sur unfilm, de √™tre respect√©s,de √™tre trait√©s dans un tr√®skind de, tu sais,un moyen d’appr√©cierde savoir qu’ils ont toujours quelqu’un√† parler √†,et le nourriture qu’ilsont besoin, tu sais.

00:38:27
Et ce que je vois debeaucoup de performateurs, c’est qu’ils sont tr√®sfiers du travail que nous faisons,tu sais, ce sont des filmsqu’ils pensent qu’ils peuvent montrer √† leurs familles,je n’ai pas, tu sais, ceque je fais de performateur, je travaille avec un peu de temps,tu sais, Eric, je vous montre toujours vos films √† ma maman,parce que c’est comme, tu sais,elle dit comme, oui, mon fils estun acteur et il est l√†, etc’est comme, √ßa sent,√ßa sent,exactement, etje sens que les gens,en fin de compte, nous sommes tous en train de sesentir importants et de√™tre un part de quelque chose,je veux dire, quand vous √©coutez des histoireset que vous entendez ce qu’estle travail de la industriede la main-stream, je veux dire, parfoisce n’est pas si mauvais, √©videmment,certaines entreprises sont vraiment super ets’occupe des performateurs et je pense queles derniers ann√©es, surtout depuisMe Too, etc., l’industriea vraiment essay√© dese professionnaliser etla fa√ßon dont elles travaillent avec les performateurs,plus de compagnies, je parlemaintenant de la s√©rieuse

00:39:31
industrie adulte, ellesont incorpor√© des coordinateursdes managers de talent,un droit, un billet de droitpour les performateurs, une meilleure connexion,etc., etc. Donc je pense quec’est aussi important de se souvenirquand on parle de l’industrie de la main-stream,queune partie de l’industrieest √©videmment des pommes mauvaises,mais de la m√™me mani√®re quede tout autre genre, laindustrie moderne n’est pas diff√©rente, Hollywood n’est pasdiff√©rente, nous l’avons vu √†le niveau le plus haut, comment les gensont souffert et comment ils l’ont trait√©,surtout les femmes, etc.

00:40:07
Et dans la industriede la porn, nous devonsse souvenir que le sexeest ce que nous négocions avec.

00:40:15
Donc le sexe est sortidans l’ouverture, c’est ce quetout le monde connait etqu’ils mettent leurs limites et leurslimites, ce n’est pas cequi se passe sous la table.

00:40:27
Et dans votre film, vous vous montrez aussicomme une femme, une femmequi a une identit√© √† la sexe,de √™tre libre de leur vie sexuelle,d’√™tre OK avec √ßa. Et je dois vous dire,quand je travaille avec mes clients,sur le d√©sir, et surtout les clients femmes,je travaille √©videmment d’abord surtous les blocages, je peux ralentirleurs limites, mais quand on travaillesur √ßa, quand ils ont besoin d’une boostpour eux-m√™mes en explorant des contenus √©rotiques,je recommande √† eux de regarderles films d’Erik Elost, √©videmment,et m√™me pour moi, en postpartum,c’√©tait g√©nial de la regarder, justecomme un feu.

00:41:01
Et ma question est, pourquoifaire des films sexologiques? Parce quenous avons beaucoup de sexologuesqui écoutent le show, ils doivent recommanderdes films éthiques pour leurs clients.

00:41:11
Parce que je sensque les films √©rotiquessont bien faits,et que ils sont √©thiques,et que vous pouvez sentir que vous pouvezcroire ce que vous regardez,ils ont cette possibilit√©de vous montrerla diversit√©de la sexualit√© humaine,ce qui est, vous savez,quelque chose que nous sommes tousen train de se demander, de penseret de se demander si nous sommes diff√©rentset si nous sommes √©tranges, et sinos d√©sirs sont acceptableset que les autresrel√®vent √† eux. Et je pense quel’une des choses merveilleuses avec le cin√©maen g√©n√©ral, c’est que vous pouvezregarder la histoireavec des personnages, et que vous pouvezs’empathiser avec eux. Et vous pouvezvraiment comprendre commentils vivent leur monde etce qui les faits, etcomment ils ont exp√©riment√©leur voyage √©rotique,de quelque fa√ßon. Et je penseque √ßa peut √™tre tr√®s, tr√®sinspirant, surtoutpour les femmesqui ont senti qu’elles n’avaientpas vraiment le droit √† la sexualit√©,que leur sexualit√©a √©t√© √† propos deles autres, mais pas vraiment√† propos detrouver nos propres d√©sirs. Donc pour moi,juste regarder les femmesavoir du plaisir, prendredes initiatives, actuellementtoucher eux-m√™mes,√ßa m’aide beaucoup.

00:42:39
Voir les femmes diff√©rentesavoir des exp√©riences diff√©rentesd’orgasmes. Certaines sont tr√®scalmes et l√®vres,certaines sont l√®vres etmultiples et vont encore,certaines sont √©jacol√©es,certaines ne sont pas, mais juste voirces diff√©rentes exp√©riences,√ßa m’aide √† relanceravec qui je suis et ce que j’attendsde moi-m√™me.

00:43:03
Et je pense quenous parlons aussi beaucoupdes femmes, parce que c’estune partie principale de mon travailet la raison pour laquelle j’ai commenc√©√† faire √ßa, parce que j’ai vraimentsenti qu’il y avait tr√®s peu de chosespour nous l√†-bas. Mais pendantles ann√©es, √ßa a √©t√©,√ßa a devenu quelque chose qui est plusque juste pour les femmes,pour moi, parce quemon projet a √©largitpour inclure des diversit√©sde sexualit√©,pour inclure des gens queux, pour incluretout le monde qui a sentiqu’il √©tait sorti de lapognographieh√©tronormative, male-cis-drivenqui est l√†-bas.

00:43:45
Et ce que j’ai voulufaire, c’estdonner des opportunit√©set donner de la voix √† d’autrespersonnes. Donc, ces filmsque nous faisonsdans ma compagnie, ce ne sont pas seulementdes films direct√©s par moi, mais des filmsdirect√©s par une communaut√©de divers groupes decr√©ateursqui disentleurs histoires de leursexualit√©. Et je penseque c’est vraiment la beaut√©dans laquelle vous pouveztrouver, vous savez, vous pouvez trouverquelqu’un qui peut vousrepr√©senter etce que vous sentez et votrevisage. Et je penseque c’est ce dont nous devonsbalancer.

00:44:31
Je veux dire, m√™me sibalance et balance, je veux dire, nous ne sommespas proche de une balance,parce que, √©videmment,ce point que nous parlonsde c’est le point principal de Salter.

00:44:43
Donc, je pense, maisau moins, ce genre d’ind√©pendance,diff√©rente, √©thique, f√©ministe,ce que nous voulons appelerle porn, vous savez,author, driven, cin√©matique, blablabla,nous pouvons trouver des centaines de diff√©rentstermes et mots pour l’exprimer.

00:44:59
Mais ce genre de pornvient d’arriver.

00:45:03
Vous savez, j’ai vu √ßa pendantmes presque 20 ansdans cette industrie. Je voiscomment plus de cr√©ateursse sont rejoints √† la sc√®ne, commentde nouveaux festivals de films, de petits festivalsde films sont appuy√©s.

00:45:17
Nous sommes, vous savez, en train defaire des √©v√©nements dans diff√©rentspays, dans diff√©rentes villes,de rencontrer, comme, l’audienceet de montrer que le cin√©ma,ce genre de cin√©maappartient aussidans les cin√©mas, vous savez,et qu’il y a une exp√©riencemerveilleuse, vraiment, o√Ļ vous pouvez partageravec d’autres personnes et voir leur r√©actionet, comme d’habitude, normaliserl’id√©e de la sexe√™tre une partie de notre vieet du monde dont nous vivons.

00:45:47
Parce que j’ai aussi beaucoup deprobl√®mes avec la n√©gativit√© de la sexequi se passe √† ce moment-l√†sur Internet,la banquede voix positives sexuellessur les m√©dias sociaux.

00:46:01
J’ai eu un compteavec un demi-million d’abonn√©s. C’√©tait banl’ann√©e derni√®re, pas parce que j’√©tais,vous savez, en train de publier des images explicites,parce que, √©videmment, je n’√©tais pasen train de suivre les r√®gles,et c’est la fa√ßon dont j’ai interpr√©t√©les r√®gles. Mais le probl√®meici est quetous ces m√©dias sociaux, ils sontapport√©s par un groupe de hommesqui sont, vous savez,cis, heteroseux, hommesavec une vision tr√®s normativede ce que la sexualit√©est suppos√©e √™tre. Et ilsacceptent tout ce qui estsexuel, o√Ļ les femmessont sexualis√©es, etc.

00:46:39
Les images sexuelles ne sont pasle probl√®me pour eux. Mais d√®s quenous commen√ßons√† montrer notre visageet la fa√ßon dont nous voulonsvoir le sexerepr√©sent√©dans les images et sur la sc√®ne,ils ne l’entendent pluset ils le bannent. Ils le trouventdangereux, de quelque fa√ßon.

00:47:01
Oui, dangereux aussi pour, comme tu disais,la libert√© des femmes,de parler de sexe. Comme tu disais,dans tes films, tu essayes defaire des gens, des gensqui √©crivent le contenuet tout √ßa. Et c’est comme √ßad’assurer la diversit√© des corps,la diversit√© des histoires.

00:47:19
Ettout le monde peut relancer. Parce quenous donnons l’opportunit√© debeaucoup de gens de parler de sexe etde leurs fantasies, nous pouvonsvoir et toucher les diff√©rentesfantasies et voirque la sexualit√© est beaucoup plusplus profonde que ce que je pensais.

00:47:37
Et c’est √©vident que nous devons devenir plus inclusifs.

00:47:39
Plus inclusifs.

00:47:41
Tout le monde, moi aussi, mais au moinsquand tu le r√©alises,tu commences √† travaillerpour le faire. Le probl√®me avec cepetit groupe de gens de techpuissants, c’est qu’ils ne le r√©alisent pas.

00:47:53
Ils ne le réalisent pas.

00:47:55
Et si ils le réalisent, ils le fontseulement pour se montrer,mais ils ne le font pas vraiment pour les autres.

00:48:01
Ils le font seulement pour leurargent et leur pouvoir.

00:48:05
Et c’est ce qu’ils veulent.

00:48:07
Et le probl√®me que j’ai √† voiravec les porn en g√©n√©ral √† ce momentest que quelque chose de tr√®s similaire esten train de se faire. Je l’appelleles porn de la grande. Ces grandescompagnies comme MindGeek, je ne sais passi vous les avez entenduavant, mais MindGeekest l’owneur de la plupartde ces deux sites, qui sont l√†-bassur l’internet, qui montrenttout ce porn gratuit√† tout le monde, y compris nos enfants,sans aucunresponsabilit√©.

00:48:37
Parce qu’ils ne sont pas int√©ress√©sen ce qui concerne le porn,ou le sexe, parce quec’est juste ce qu’ils utilisent pourconduire le trafic, pour qu’ils puissentvendre des advertisements. C’estce qu’ils font.

00:48:51
C’est du porn de la grande. Pas de diff√©rencede la grande nourriture, de la grande pharma,de toutes ces industriesconglomerates. C’est tout sur leargent et pas sur les cons√©quencesou la connexion humaine?

00:49:03
Non, pas du tout.

00:49:05
Je pense que nous, les consommateurs,nous devons arrêter de être stupides.

00:49:09
Nous devons, vous savez, devenir responsables.

00:49:11
Nous devons prendredes responsabilités, de quelque façon.

00:49:15
Nous devons regarderqui sont-ils et commentfont-ils leurs choses,etc. Font-ils le faire,respecter les autres? Parce que si ce n’est pas ce qui les fait,je ne veux pas les soutenir.

00:49:27
Je ne veux pas y aller. Et je penseque c’est fascinantde voir comment les gens,quand nous prenons cette conversationavec la soci√©t√©, vous savez,quand je participe dans une s√©rieou un podcast ou un article, etc.

00:49:41
et que les gens commencent √† lire et √† voirce monde, parce que le porna √©t√©, vous savez,en l’ombre, en la closet.

00:49:49
Personne ne parle vraimentde √ßa. Ils ont eu l’opportunit√©de devenir ce genrede grande compagniesans que les gensr√©alisent, critiquentou actuentsur ce qu’ils font. Mais le pluson prend le pouvoir, le plus on parlede √ßa, le plus les gens vontvoir ce qui se passe et vontchanger. Parce que je croisaux gens, je crois √† notre capacit√©de, quand on commence,quand on ouvre nos yeux, quand on commence √†voir, nous sommes capablesde faire mieux.

00:50:23
Et je vois beaucoup defois, je reçois des emailsde hommes qui essayent de me jokerun peu et ils me disent comme, Erika,tu détruis le porn pour moi?

00:50:33
Et puis, ils sourientet ils disent, je suis all√©e √†ces tube sites avant parce quec’√©tait facile.

00:50:41
Ils étaient là,exactement, ils étaient là etpuis je les ai juste,je les ai utilisés.

00:50:49
Et puis j’ai lu cet interview avec vouset puis j’ai commenc√© √† voirdes choses que je n’avais pas vuavant, tu sais, et soudain, j’√©taisen regardant ce vid√©o etil a dit, le petit teen estd√©truit.

00:51:03
Et je me suis dit, je ne veux pasfaire √ßa, je ne veux pas √™treici, je ne veux pas soutenir ces gens,tu sais? Oui, parce que tu les r√©concili√©eset l’initiation est la m√™me, commecertains hommes viennent et disent, ok, j’ai vu le porn,je regarde encore le porn, mais je me sensculp√©e parce que je ne veux pas regarder √ßa, commentje peux faire? Donc il y a beaucoup d’acquiert√©aussi pour les hommes,vers leur consommation. Non, non, etsi on veut vraiment changer le syst√®me,si on veutde grands changements, on vadevoir parler aux hommes, on ne peut pasfaire √ßa, tu sais, en pensant quenous sommes quelques femmes et quellespersonnes que les femmes ne sont pas heureusesavec ce qui est l√†-bas etnous, non, nous devons les atteindre,nous devons √™tre dans leur corps.

00:51:45
Donc je pense que le pornest une excellenteoutil politiquepour √™tre dans, tu sais,leurcentredeentretien des hommes,o√Ļ ils sentent qu’ils sonten s√©curit√© et qu’ils vivent danscette boule o√Ļ ils peuventexprimer des id√©es sexistessur les femmes etils ont le droit √† √ßa parce que c’estjuste une fantaisie et c’est justele porn et c’est juste, tu sais,et si on rentre l√†-bas eton dit non, non, non, cen’est pas ok, on veut,tu sais, etje pense que nous avons la possibilit√© de changerles choses profond√©mentdans la soci√©t√©. Donc pourmoi, tu sais, je,je, certaines personnes disent, oh mon dieu, Erika,quelle longue route, tu sais, tu as commenc√© avecla science politique et maintenant tu fais le porn.

00:52:39
Et je dis oui, je fais le porn,mais c’est toujours un outil pour moi,c’est un outil politique, tu sais,de changement dans le monde et dans la soci√©t√©.

00:52:47
C’est la fa√ßon dont je le vois.

00:52:49
Wow, incroyable.

00:52:51
Et il y a d√©j√† 50 minutes, nous parlonsde √ßa et il y a tellement de choses√† parler de, mais ok,je ne veux pas prendre beaucoup plus de temps, maiscomme je, les quelques mots que j’ai √©critpendant notre conversation sont commeplus on parle de sexe,plus dangereux c’est. Etle porn peut √™tre une fa√ßon de changer,mais une grande changement, ce n’est pas seulement, oh,c’est une passion ou une fantaisie, non,nous pouvons changer la structure de la dynamiqued’interaction entre les humains,les connexions et dans une mani√®rede la mentalit√©. Non, c’est merveilleux.

00:53:21
C’est merveilleux. Mais c’est dur pour lespersonnes de le voir, tu sais, et aussi c’estdur, de nombreuses fois, c’est dur pour lesf√©ministes de le voir, parcequ’ils, ils ont toujours ce genrede, ils ont cette id√©e que la pornographieest contre les femmeset que c’est, c’est,qu’il y a ce type d’entitlementtoujours dans la pornographie. Mais au final,je pense que ce dont nous devonsvoir, c’est que le porn estla m√©dias, c’est, tu sais,c’est, c’est, c’est une formede quelque chose, mais c’est lesmessages, c’estnous, les cr√©ateursqui d√©cident de quellesmessages nous voulons envoyer,de la m√™me mani√®re que si nous faisionsun TikTok, nous d√©cidions de quellemessage nous avons dans ce TikTok,ou si je fais un post sur Instagram,il y a un message derri√®rece que je dis √† lamonde de moi-m√™me,de ma vie, etoui, ou moi, inventant voussur ce podcast, c’est un messagede, tu sais, comme les gens l’entendentet peut-√™tre, on aura uneawareness de √ßa,et les gens, tu sais, les gensvont √™tre super excit√©s de te voir,comme les Fran√ßais, tu sais, comme ilsvont commencer √† conna√ģtre toi, ton travail,ce que tu fais, et je sais quebeaucoup de eux sont tr√®s reconnaissables pour le travailque tu fais, je suis reconnaissable pour le travailque tu fais. Que voudrais-tu partageravec les gens fran√ßais, ce que tu voudrais leur dire?

00:54:43
Je voudrais leur dire plusparce que nous savons que lesgens fran√ßais,c’est peut-√™tre une g√©n√©ralisation, mais ilsaiment le cin√©ma, tu sais,c’est la m√™me chose,tu sais, c’est ce que nous savonsdes gens fran√ßais, c’est du g√™ne, c’est du vin,et c’est le cin√©ma.

00:55:01
Exactement.

00:55:03
Donc, je voudrais aussidire quece sont des films o√Ļ nous nous croyons de la qualit√©cin√©matique, o√Ļ nous nous croyonsde la fa√ßon dont nous nous disons ces histoires,de la fa√ßon dont nous les montrons,nous croyons des lieux, nous croyons de ce style,nous croyons de la toute exp√©rience.

00:55:19
Donc,pour moi, c’√©tait une des choses, tu sais,quand j’ai commenc√© √† regarder Porn, qui a aussisorti contre mon valeuret que j’avais envie de dire √† vousque j’ai senti que √ßa √©tait tellementŗģŅet que j’ai eu envie d’entrer dans cemonde beau deexcitationde s√©duction,et c’est une partiede ce dont je fais en essayant de cr√©erce film, ces films.

00:55:45
Oui, et nous vous remercions encore d’avoir fait √ßa,nous vous remercions aussi pour,tu sais, la g√©n√©ration jeune, pour voirpeut-√™tre un Porn plus qualit√©, parce que la questionn’est pas, oh non, vont-ils regarder,Ils veulent voir des porn, donc offrons-les des porn qualit√©s.

00:55:58
C’est autre chose que nous devons dire aux gens.

00:56:01
Les parents, ils disent, je sais que les gens regardent des porn,mais mes enfants, ils sont si bons, ils ne regardent pas.

00:56:08
Je dirais, ne pensez jamais √† √ßa, ne soyez pas na√Įfs.

00:56:13
Parce que regardez les statistiques.

00:56:15
Nous savons que √ßa va descendre en √©preuve,9 ans, ils commencent d√©j√† √† regarder,peut-√™tre pas r√©guli√®rement, peut-√™tre juste quelque chose qu’ils se sentent beaucoup,mais ils regardent.

00:56:30
12 ans, 50% de la population a déjà regardé des porn.

00:56:34
15 ans, nous sommes en train de faire presque 90% de la population.

00:56:38
Et ce n’est pas seulement les gar√ßons, les filles, elles regardent, elles regardent, elles regardent.

00:56:43
Donc, comme parents, parlez-les, parlez-les,montrez-les qu’ils ne les chanlent pas, ne les faites pas faire une grande fesse ou autre chose.

00:56:51
Prends-le comme un d√©fi, qu’ils le regardent,et puis, vous savez, dites-leur comment vous le sentez,que vous √™tes open √† parler de √ßa,que s’ils ont des questions, que vous √™tes pr√™ts √† r√©pondre √† leurs questions.

00:57:04
C’est la seule chose que les enfants veulent vraiment,ils veulent savoir que leurs parents sont l√† pour eux.

00:57:09
Allons parler du sexe.

00:57:11
Merci, Erica Loz, merci beaucoup pour votre temps.

00:57:14
Merci, avoir un beau jour.

00:57:18
Voil√†, c’est tout pour cet √©pisode,et si vous √©coutez √ßa, c’est que vous √™tes all√©s jusqu’au bout de l’√©pisode.

00:57:23
Donc, merci pour votre intérêt, merci pour votre enthousiasme.

00:57:28
Et donc, j’imagine que cet √©pisode vous a plu,a suscit√© des choses pour vous.

00:57:33
D’ailleurs, dites-le moi, dites-le moi, qu’est-ce que cet √©pisode vous a suscit√©?

00:57:36
Qu’est-ce qu’il vous a appris aussi de l’intimit√© de votre sexualit√©?

00:57:41
Laissez d√®s √† pr√©sent des √©toiles, des petits cŇďurs sur votre plateforme d’√©coute,que ce soit Apple Podcast ou Spotify, voire m√™me un avis, √ßa fait toujours plaisir.

00:57:50
Et si ce que vous avez entendu vous a fait penser à une amie, à votre voisin,à des patientes, à des clients, ou même à votre partenaire,partagez cet épisode avec un message tout doux.

00:57:59
Nous pouvons bien s√Ľr √©changer sur mon compte Instagram KamiParlsexou sur ma page LinkedIn KamiBataillon,o√Ļ je partage √©galement des informations sexo.

00:58:07
Alors, n’h√©sitez pas √† me suivre.

00:58:09
En attendant de revenir dans vos oreilles,je vous souhaite de belles expériences intimes.

00:58:14
A bient√īt!

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Instagram
LinkedIn